Language / La langue: 
Vous êtes ici:   Cancer et travail Les survivants du cancer L’invalidité et les finances Le processus associé aux prestations d’invalidité de courte durée et de longue durée

Le processus associé aux prestations d’invalidité de courte durée et de longue durée

Brenda Hockley, Sunlife Financial

Ms. Brenda Hockley is Manager, Health Management Services, Group Disability Western Region with Sun Life Financial. She received her BSc. (Honours) in Kinesiology from the University of Waterloo in 1986. At The Canadian Back Institute, she grew the company from one to fourteen clinics. In 1992 she entered the field of vocational rehabilitation and served the short- and long-term disability-insurance communities in Ontario and BC with Crawford Canada. She then moved to RBC Insurance in the short- and long-term disability markets. Ms. Hockley is on the Board of Directors of the Vocational Rehabilitation Association of BC and is a Registered Rehabilitation Professional and Certified Vocational Consultant.

View all advisory board members and expert writers


La plupart des régimes d’invalidité de courte durée prévoient une couverture allant de 8 à 52 semaines. Toute demande approuvée par une compagnie d’assurance est périodiquement réexaminée. L’assureur interrogera alors votre équipe médicale sur les étapes suivantes du traitement et vous appellera régulièrement pour obtenir des compte-rendus. L’objectif de ce régime vise à ce que vous retourniez à votre emploi actuel, avec ou sans adaptation. Si l’équipe médicale établit que le retour est impossible pendant ce délai, vous pouvez demander des prestations d’invalidité de longue durée si vous êtes inscrit à ce régime et si vous répondez aux conditions.

La plupart des régimes de longue durée prévoient des périodes de couverture si vous pouvez reprendre votre emploi actuel ou un autre poste. Pour recevoir les prestations d’invalidité pendant la période de votre emploi actuel, vous devez être complètement incapable d’effectuer la totalité des tâches de votre poste. Cette période peut varier selon le contrat, mais elle est habituellement de deux ans. Pendant ce temps, le gestionnaire de cas de la compagnie d’assurance rassemble des informations sur votre capacité à occuper votre emploi actuel.

À la fin de la durée relative à la profession habituelle, la période « tout emploi » débute. Votre gestionnaire de cas examinera votre capacité à occuper un poste ayant les caractéristiques suivantes :

  • Vous possédez les compétences et les qualifications nécessaires pour l’occuper.
  • De l’avis du médecin, il respecte les restrictions et limitations fonctionnelles qui font obstacle à la reprise de votre ancien poste.
  • Le revenu associé est similaire à celui du poste que vous occupiez avant le congé pour invalidité.

L’obligation de compte-rendus réguliers

Une fois approuvée la demande de prestations d’invalidité à long terme, le gestionnaire de cas demandera des compte-rendus réguliers sur les points suivants :

  • Les traitements prévus.
  • Votre capacité à mener vos activités quotidiennes.
  • Les facteurs non médicaux qui influencent la durée de votre congé (p. ex. pour vous occuper d’un parent ou d’un enfant, pour déménager).
  • Vos exigences professionnelles.
  • Les situations en milieu de travail pouvant causer du stress (p. ex. manque de soutien sur le lieu de travail, mauvais rendement avant le diagnostic, redéfinition des tâches).
  • Votre volonté et celle de votre employeur à modifier le poste pendant la durée de l’invalidité.
  • Les bénéfices des soutiens au retour au travail (p. ex. tests, évaluations, réadaptation professionnelle).

Le gestionnaire de cas peut demander des évaluations de professionnels de la santé, qui leur fourniront ces compte-rendus. En fonction de ces conclusions, la compagnie d’assurance peut décider de financer des services pour vous aider à reprendre le travail.

L’aide à la reprise du travail

Les gestionnaires de cas de la compagnie d’assurance ont accès à des conseillers en réadaptation professionnelle. Ils collaborent ensemble pour améliorer votre santé et faciliter votre transition lors du retour au travail. Les conseillers prennent les moyens suivants pour y parvenir :

  • Recenser et confirmer les facteurs susceptibles de ralentir votre rétablissement.
  • Développer un plan de gestion de la santé pour éliminer ou atténuer ces mêmes facteurs de manière à ce que vous puissiez préparer votre retour au travail.
  • Collaborer avec votre employeur pour appliquer des mesures d’adaptation ou les modifications qui pourraient s’avérer nécessaires.
  • Créer un plan de retour au travail progressif avec votre employeur.

Si vous ne pouvez pas reprendre votre poste, le gestionnaire de cas et le conseiller en réadaptation professionnelle faciliteront votre retour à un autre poste en faisant la liste des compétences et des formation qui vous sont nécessaires pour l’occuper.

Le conseiller créera un plan de réadaptation professionnelle. Dans cet objectif, il recueillera des renseignements sur votre situation afin d’établir l’objectif visant à obtenir un emploi qui vous corresponde. Il commencera par le premier objectif ci-dessous et poursuivra la liste jusqu’à trouver le plus réaliste :

  • Vous réintégrer dans le même poste chez le même employeur.
  • Vous réintégrer dans le même poste (modifié) chez le même employeur.
  • Vous réintégrer dans un poste différent chez le même employeur.
  • Vous réintégrer dans un poste similaire chez un autre employeur.
  • Vous réintégrer dans un poste différent chez un autre employeur.
  • Vous recycler ou vous remettre à niveau en vue d’un autre emploi qui respecte vos restrictions et limitations fonctionnelles.

Le gestionnaire de cas vous aidera également à vous préparer au retour du travail si vos restrictions et limitations vous le permettent. En cas de retour progressif, il participera au calcul de la différence de salaire et vous versera des prestations d’invalidité pour la combler. Après la reprise du travail, il peut arriver que vous ayez de nouveau besoins de congés pour invalidité (p. ex. en cas de chimiothérapie ou de chirurgie). Dans l’attente de ce congé, la compagnie d’assurance s’attend à ce que vous travailliez. Le gestionnaire de cas vous aidera à retourner à votre poste entre les traitements d’entretien ou dans l’attente de procédures médicales.