Language / La langue: 

Les lésions nerveuses

Dr. Christine Maheu, RN, PhD

Dr. Christine Maheu is an Associate Professor in the Ingram School of Nursing, Faculty of Medicine, McGill University. Dr. Maheu is also an Affiliate Scientist at the University Health Network and the University of Toronto. At McGill University, she teaches research methods, supervises graduate students (masters, doctoral, post-doctoral), mentors practicing nurses and students in research, and conducts research in English and French. She has held research awards with the Canadian Institutes of Health Research, the Canadian Cancer Society, and the Canadian Partnership Against Cancer. These awards funded her research in psychosocial oncology, which focuses on developing and testing psychosocial interventions or measurements tools for various cancer populations. Additionally, in partnership with Ipsos Canada and funded by the Canadian Partnership Against Cancer, she is co-leading a nationwide survey of the needs of cancer patients for transition care from the end of their treatment to three years after their diagnosis. Dr. Maheu received awards for excellence in nursing research (2013, 2015, 2016) from Ovarian Cancer Canada, the Canadian Association of Nurses in Oncology, and the Quebec Association of Nurses in Oncology.

View all Cancer and Work team members

Ms. Rosemary Cashman

Ms. Rosemary Cashman is a nurse practitioner at the BC Cancer Agency and an Adjunct Professor in the Faculty of Nursing at the University of British Columbia. Her professional experience includes the care of lymphoma, lung cancer and brain cancer patients. She co-chairs the Patient and Family Advisory Council, which guides the brain tumour care program at the BC Cancer Agency. She has authored book chapters and articles related to the care of brain tumour patients and their families. Ms. Cashman was involved in developing and implementing a rapid-access radiotherapy clinic for the palliative treatment of lung cancer and she continues to work in this clinic.

View all advisory board members and expert writers

Kyla Johnson, Occupational Therapist, Segal Cancer Centre, Jewish General Hospital

Ms. Kyla Johnson, M.Sc.A., originally from Edmonton, Alberta, Kyla Johnson works as an Occupational Therapist at the Segal Cancer Center of the Jewish General Hospital. She holds a Master of Science in Occupational Therapy from McGill University. Her goal as a rehabilitation professional in Oncology is to enable people with cancer to be able to do what they want and need to do, in all stages of their cancer experience. Kyla helps develop strategies and accommodations to facilitate a return to meaningful life roles, including work. She is specialized in cancer-related cognitive dysfunction and runs a weekly group teaching strategies to improve daily cognitive functioning. Kyla also leads a volunteer yoga class for young adults with cancer. She lives in Montreal, Quebec.

View all advisory board members and expert writers

Ms. Maureen Parkinson, Vocational Rehabilitation Counsellor, M.Ed. C.C.R.C, BC Cancer

Ms. Maureen Parkinson is the province-wide vocational rehabilitation counsellor at the BC Cancer Agency. She has also been vocational rehabilitation counsellor at a public rehabilitation hospital and vocational rehabilitation consultant to insurance companies and the court system. She has instructed and facilitated Service-Canada-funded programs on job searching and career exploration. Ms. Parkinson has a Masters in Counselling Psychology, is a Canadian Certified Rehabilitation Counsellor, and completed the Certified Return to Work Coordinator Program through the National Institute for Disability Management and Research. She has developed return-to-work and job-search seminars for cancer patients and created the guidebook “Cancer and Returning to Work: A Practical Guide for Cancer Patients” as well as on-line articles about returning to work and school. She also co-authored a paper commissioned by the Canadian Association of Psychosocial Oncology, “Cancer and Work: A Canadian Perspective”.

View all Cancer and Work team members


Certains cancers et traitements associés peuvent provoquer des lésions nerveuses (ou neuropathie), dont les plus courantes sont les engourdissements et les picotements dans les doigts et les orteils1. Ces lésions sont susceptibles de causer une augmentation (ou une réduction) de la sensibilité à la température et des sensations plus pénibles de brûlure ou de choc électrique2. Parallèlement, elles risquent d’entraîner la faiblesse des membres, la perte d’équilibre et des problèmes de contrôle des petits muscles2. Leur degré dépendra du type de traitement contre le cancer et de son dosage. À terme, les patients peuvent s’en remettre complètement, ou partiellement uniquement.

Conséquences sur le travail

Les changements de sensation et de force attribuables aux lésions nerveuses peuvent réduire la dextérité lors de l’exécution de tâches nécessitant une motricité fine, comme la manutention de petits objets ou la saisie au clavier. La réduction du toucher augmentera également les risques de blessure aux mains. Si la force de préhension est réduite, il sera plus difficile de saisir des outils ou de grimper à l’échelle, par exemple. Une personne dont les sensations changent pourra également perdre l’équilibre en station debout, avoir du mal à marcher sur des sols inégaux ou être incapable de rester debout longtemps. Les lésions nerveuses peuvent augmenter ou réduire la sensibilité à la température et compliquer le travail à la chaleur ou au froid extrêmes (p. ex. la manipulation d’objets chauds en cuisinant ou le travail dans des milieux réfrigérés ou extérieurs). La sensibilité nerveuse peut également accroître votre douleur.

Les solutions à votre portée

Consultez votre équipe de soins si vous remarquez des changements dans les sensations ou des symptômes pouvant découler de lésions nerveuses. Les médicaments peuvent soulager la douleur. Des appareils fonctionnels, l’ergothérapie et la physiothérapie permettront de lutter contre la faiblesse musculaire, les troubles de la démarche et la perte de la motricité fine (maladresse).

  • Gardez vos mains au chaud, même à l’intérieur (vous pourriez porter des gants fins sans doigts). Faites particulièrement attention à garder les mains au chaud en cas de travail à l’extérieur.
  • La perte de sensation dans les pieds compromet l’équilibre. Portez des chaussures de soutien bien ajustées, avec un talon fermé et des semelles de caoutchouc pour plus de stabilité. Une aide à la mobilité améliorera également votre stabilité.

Pour en savoir plus sur la gestion de la neuropathie périphérique attribuable au traitement anticancéreux :

Mesures d’adaptation du lieu de travail

La modification de vos tâches et méthodes de travail :

Les mains et les bouts des doigts :

  • La réduction du toucher augmentera également les risques de blessure aux mains. Demandez à remplacer les tâches avec des objets pointus, des outils et des températures extrêmes (p. ex. eau bouillante ou congélateurs) par d’autres tâches.
  • Remplacez autant que possible les outils manuels par des outils électriques sûrs (p. ex. une perçeuse électrique avec tournevis plutôt qu’un tournevis manuel, ou un robot culinaire à la place d’un couteau).
  • Adaptez l’équipement souvent utilisé en recouvrant ou en rembourrant les poignées pour les rendre plus confortables.
  • « Enveloppez » les manches d’outils d’isolant à tuyau en mousse pour en augmenter le diamètre, ce qui nécessite moins de force pour les utiliser.
  • Utilisez un casque si vous êtes souvent au téléphone.
  • Si vous utilisez un ordinateur et qu’il vous est difficile de taper au clavier, envisagez l’utilisation d’un logiciel de reconnaissance vocale, des solutions de rechange à la souris et des interrupteurs pouvant être activés par d’autres parties du corps.

Les orteils et les pieds :

  • Vous travaillez debout? Asseyez-vous dès que vous le pouvez. Utilisez un tabouret assis-debout si possible; sinon, gardez une chaise de repos à proximité.
  • Placez un tapis anti-fatigue sous les surfaces sur lesquelles vous vous tenez souvent debout ou ajoutez des surfaces anti-fatigue à vos chaussures.
  • Envisagez le recours à une aide à la mobilité (canne, bâton de marche, marchette) si vous n’avez pas beaucoup d’équilibre.
  • Prévoyez des Diab-A-Sheet ou d’autres semelles pouvant soulager la douleur aux pieds lors de la marche ou en station debout.

La modification de votre milieu de travail :

  • Maintenez des températures agréables : pensez à utiliser des radiateurs électriques portatifs, des ventilateurs, des conditionneurs d’air portables, des humidificateurs ou des déshumidificateurs.
  • Demandez un espace de stationnement près de l’entrée du bâtiment.
  • Déplacez votre poste de travail à proximité des toilettes, de la salle de pause, des autres endroits fréquemment utilisés.

Suivant :

Retour à la liste des effets secondaires courants des traitements contre le cancer