Language / La langue: 
Vous êtes ici:   Cancer et travail Les survivants du cancer Aménagements du milieu de travail Critères posturaux (ergonomie)

Critères posturaux (ergonomie)

Laura Bergstrom, MSc. O.T. – Occupational Therapist, Neil Squire Society

Ms. Laura Bergstrom received her undergraduate degree in health sciences from Simon Fraser University in 2009 and her MSc. in Occupational Therapy from the University of Alberta in 2015. In 2015, she obtained the Assistive Technology Professional designation through the Rehabilitation Engineering and Assistive Technology Society of North America (RESNA). As an occupational therapist in the Solutions Department of the Neil Squire Society, Ms. Bergstrom specializes in workplace accommodations and provides a variety of services, including assistive technology and ergonomic assessments, worksite assessments, and education for organizations. Her practice is centered on assisting clients through a collaborative and interactive process to participate meaningfully in their everyday occupations.

View all advisory board members and expert writers

Il est essentiel de mettre en place un agencement ergonomique lorsqu’on fait des aménagements en milieu de travail afin d’aider l’employé à gérer ses limitations fonctionnelles comme sa fatigue, sa douleur, sa faiblesse ou ses mouvements restreints. Un mauvais agencement peut restreindre les capacités de la personne à accomplir ses tâches professionnelles et peut influer sur la durée de travail de cette personne. L’agencement ergonomique permet d’adapter l’espace de travail à la personne tout en améliorant la sécurité, l’efficacité et la qualité de son travail.

Déterminer l’agencement ergonomique adéquat et les aménagements nécessaires est souvent l’un des aspects les plus difficiles et pourtant les plus importants de l’aménagement du milieu de travail. Pour cette raison, il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel pour effectuer l’agencement. Chaque employé et chaque milieu de travail sont différents, il est donc difficile de suivre des recommandations types en matière d’agencement. Voici des aspects généraux dont il faut tenir compte :

1. Position assise

Idéalement, l’employé doit être encouragé à changer de position souvent et à ne pas rester longtemps dans une position statique, en restant assis trop longtemps par exemple. Vous devez changer de positions pendant que vous travaillez et toujours adopter des positions ergonomiques, quelles qu’elles soient. Toutefois, il n’est pas toujours possible de travailler dans différentes positions. Pour cette raison, il est important de comprendre comment profiter au mieux de chaque position de travail et de savoir quel équipement peut être utile.

Les besoins pour s’asseoir varieront selon les particularités du milieu de travail et des tâches professionnelles requises. Par exemple, un siège idéal pour un employé de bureau pourrait ne pas convenir à un hygiéniste dentaire. De plus, si l’employé doit travailler dans divers environnements pour réaliser différentes tâches, il pourrait avoir besoin de différents types de siège. Il est important d’utiliser un siège adaptable qui puisse être personnalisé en fonction des besoins particuliers de la personne. Les aménagements dont il faut tenir compte sont, entre autres, la hauteur du siège, la profondeur de l’assise ainsi que la hauteur et la position des accoudoirs. Le positionnement doit toujours être déterminé au cas par cas en fonction des besoins de chacun et de l’environnement de travail qui sont uniques.

Pour les postes qui nécessitent de rester en position assise à un poste de hauteur standard, par exemple pour les employés de bureau, un siège de bureau ergonomique pourrait être une solution adéquate. Voici quelques directives dont il faut tenir compte si vous devez vous asseoir à un siège de bureau :

  • Vos pieds doivent être posés à plat sur le sol, sur un repose-pieds ou sur une base.
  • Vos genoux doivent former un angle d’environ 90 degrés et vos mollets doivent être parallèles au sol.
  • Votre dos doit s’appuyer contre le dossier du siège.
  • Vos hanches et vos mollets doivent être maintenus par le siège et il doit y avoir assez d’espace entre le rebord du siège et l’arrière de vos genoux pour que vous puissiez passer 2 à 4 doigts.
  • Un soutien lombaire devait épouser naturellement la courbe de votre dos.
  • Les accoudoirs doivent soutenir vos avant-bras, vos épaules doivent être détendues et vos coudes doivent former un angle de 90 à 100 degrés.
  • Les commandes de réglage de la chaise doivent être facilement accessibles par l’utilisateur.

Si les tâches sont généralement accomplies en position debout ou en hauteur, par exemple pour les employés qui travaillent dans le commerce de détail, dans une usine ou à la caisse d’un magasin, un siège de bureau pourrait ne pas convenir. Le fait de rester debout trop longtemps peut causer de l’inconfort dans les extrémités des membres inférieurs et du dos, le gonflement des jambes et des pieds, de la fatigue inutile, etc. Par conséquent, il peut être bénéfique d’envisager d’autres solutions pour s’asseoir, comme une chaise de dessinateur ou un tabouret.

Les chaises de dessinateur, qu’on appelle aussi des chaises industrielles ou des tabourets de dessin, peuvent être dotées de différentes caractéristiques et sont généralement utilisées par des personnes qui travaillent longtemps en position assise sur un poste de travail surélevé. Il existe différents styles et modèles de tabourets ergonomiques, comme des selles et des tabourets surélevés. Ces tabourets peuvent être utilisés par les personnes qui travaillent généralement debout et qui ont besoin de s’asseoir de temps en temps. Les tabourets peuvent aider à réduire les pressions et les tensions au niveau du dos et des extrémités des membres inférieurs qui apparaissent quand on reste debout trop longtemps.

Voici ce dont il faut tenir compte si vous envisagez de vous procurer une chaise de dessinateur ou un tabouret :

  • Siège – Les solutions pour s’asseoir doivent être considérées au cas par cas, en fonction des besoins de la personne et du milieu dans lequel elle travaille. Les sièges sont souvent disponibles dans différentes formes (par exemple, des selles), tailles et matériaux (par exemple, du vinyle, du tissu, des matériaux de qualité médicale, de la mousse à mémoire de forme). S’il y a un risque que vous renversiez du liquide sur le siège, par exemple, il sera plus pertinent de choisir un siège en vinyle plutôt qu’en tissu. La forme et le rembourrage doivent dépendre des besoins et du niveau de confort du client.
  • Angle du siège – Les angles des sièges devraient être réglés au cas par cas en fonction du positionnement dont la personne a besoin pour accéder à ses outils de travail. Par exemple, si vous envisagez d’utiliser un tabouret, vous devez vous demander si vous allez vous appuyer seulement sur le tabouret ou si vous avez l’intention de vous asseoir complètement sur le tabouret? Si vous vous appuierez seulement sur le tabouret, alors vous devriez plutôt choisir un siège qui bascule vers l’avant. Les chaises de dessinateur peuvent aussi être équipées d’un angle réglable. Certaines personnes peuvent avoir besoin de régler cet angle pour garder une bonne posture au niveau de leurs hanches et pour améliorer leur niveau de confort lorsqu’elles sont assises.
  • Base – L’utilisation d’une base doit être envisagée au cas par cas. Par exemple, les tabourets peuvent être équipés d’une base stationnaire ou pivotante offrant un mouvement de pivot continu. Il faut tenir compte de la portabilité du siège ou du tabouret de dessinateur si celui-ci doit être déplacé. Il faut également penser au poids du siège ou du tabouret de dessinateur et déterminer si des roulettes sont nécessaires. S’il y a des roulettes, il faudra peut-être les bloquer pour des questions de sécurité et de stabilité.
  • Hauteur du cylindre – La hauteur du cylindre doit convenir à la taille de la personne et à la hauteur de la surface de travail sur laquelle la personne.
  • Maintien du dos – Le maintien du dos doit être considéré au cas par cas, en fonction des besoins de la personne, du type de travail effectué et de la durée pendant laquelle la personne utilise le tabouret ou la chaise de dessinateur. Il est important de déterminer s’il faut aussi régler l’angle arrière ou la hauteur du dossier.
  • Appui des pieds – Il faut prévoir un appui pour les pieds si la personne ne parvient pas à toucher le sol avec ses pieds quand elle est assise. Un repose-pieds ou une barre d’appui pour les pieds est inclus sur certains tabourets et les chaises de dessin. Cette base de soutien permet de reposer ses pieds lorsqu’on est assis.

L’utilisation d’un tapis anti-fatigue peut aussi être envisagée pour les personnes qui doivent travailler debout pendant une longue durée. Les tapis anti-fatigue offrent une surface molle sur laquelle on peut se tenir debout, ce qui aide à réduire les douleurs des membres inférieurs et du dos dues aux longues périodes où l’on reste debout.

2. Clavier et souris

Le clavier et la souris doivent être facilement accessibles et positionnés à un endroit qui permet que le cou, le dos et les membres supérieures de la personne soient bien maintenus. Le positionnement du clavier et de la souris doit être considéré au cas par cas. Voici quelques directives générales :

  • Les épaules doivent former un angle de 90 degrés.
  • Les avant-bras doivent être soutenus par les accoudoirs.
  • Les épaules doivent être détendues quand la personne utilise le clavier et la souris.

3. Écran(s)

Le positionnement des écrans doit être considéré au cas par cas. Voici quelques directives générales :

  • La tête doit être maintenue dans une position neutre, c’est-à-dire qu’elle doit rester au dessus de la colonne vertébrale autant que possible quand vous regardez votre écran d’ordinateur.
  • Si vous utilisez un écran, placez-le directement devant l’utilisateur environ à la distance d’un bras.
  • Si vous utilisez deux écrans, vous devrez peut-être légèrement les reculer.
  • L’extrêmité droite de l’écran de droite et l’extrémité gauche de l’écran de gauche doivent être inclinées vers la personne tandis que les extrêmités du centre doivent être reculées de façon à ce que les deux écrans forment un V.
  • Le tiers supérieur de l’écran doit se trouver dans la ligne de vue directe de la personne.

4. Téléphone

Le positionnement du téléphone doit être considéré au cas par cas. Voici quelques directives générales :

  • Évitez de tenir le téléphone entre votre oreille et votre épaule.
  • Utilisez un casque d’écoute si vous utilisez fréquemment le téléphone.

5. Équipement fréquemment utilisé

Le positionnement de l’équipement fréquemment utilisé doit être considéré au cas par cas. Voici quelques directives générales :

  • Gardez l’équipement fréquemment utilisé à portée de main.
  • Choisissez de l’équipement ergonomique, comme des stylos coussinés ou une agrafeuse facile à actionner.

6. Documents papier

Le positionnement des documents papier doit être considéré au cas par cas. Voici quelques directives générales :

  • Rangez les documents papier que vous utilisez fréquemment dans un porte-documents.
  • Positionnez les tiroirs de classement assez haut pour éviter d’avoir à vous pencher ou à lever les bras au dessus de la tête pour y accéder.
  • Choisissez des tiroirs de classement faciles à ouvrir et à fermer.

Étapes suivantes :

Évaluation de la technologie adaptative