Language / La langue: 
Vous êtes ici:   Cancer et travail Professionnels de la Santé L’invalidité et les finances La demande de prestations sous l’angle de la gestion de l’invalidité

La demande de prestations sous l’angle de la gestion de l’invalidité

Ms. Jo-Anna McLoughlin, CDMP- Disability Manager Kent Head Office

Ms. Jo-Anna Mcloughlin has worked in human resources and disability management since 2003. She received her Certified Disability Management Professional (CDMP) designation from the National Institute of Disability Management and Research (now affiliated with Pacific Coast University in Port Alberni, BC) in 2006. Recovering from illness brings with it so many obstacles, but concern over reintegrating into the workplace need not be one of them. With this approach, Ms. Mcloughlin encourages clients to embrace their abilities in returning to work after illness. She has had the opportunity to help a group of wonderful cancer survivors regain their lives after treatment.

View all advisory board members and expert writers


Lorsqu’une compagnie d’assurance étudie une demande de prestations d’invalidité, elle tient généralement compte de nombreux facteurs. Outre les données médicales, les capacités fonctionnelles du demandeur ont aussi leur importance. Il peut arriver qu’une demande soit approuvée pour une période limitée au début de son traitement. La compagnie d’assurance demandera ensuite d’autres renseignements médicaux sur les changements de traitement pouvant faire suite aux derniers résultats d’examen ou aux progrès obtenus.

Les compagnies d’assurance utilisent également des directives sur la durée de l’invalidité ou sur l’incapacité professionnelle pour déterminer les périodes de rétablissement standard selon la blessure ou la maladie. Ces documents lui permettent de comparer les données médicales du demandeur avec les périodes de rétablissement standard en fonction de la nature du travail (pénible, moyen, léger ou sédentaire). Un délai est attribué à chacune de ces intensités dans le travail. Ces directives tiennent également compte des symptômes et des complications possibles afin de prévoir la prolongation des prestations.

En tant que fournisseur de soins de santé, il se peut que vous ne connaissiez pas les mesures d’adaptation pouvant être mises en place par l’employeur. En revanche, l’assureur évaluera les possibilités lors de l’évaluation de la demande. Si l’employeur s’est doté d’un important programme de retour au travail et qu’il peut proposer divers postes adaptés à l’employé, vous devez absolument comprendre ces options pour favoriser le rétablissement médical et fonctionnel de votre patient. L’employeur et l’assureur collaboreront avec vous pour chercher des solutions en matière d’adaptation et pourraient même soumettre un plan de retour au travail à votre examen. Le rôle de l’employeur consiste à trouver des mesures d’adaptation permettant un retour au travail sûr, productif et rapide.

Que ce soit d’un point de vue financier ou social, votre patient a tout à gagner à reprendre ses activités normales pendant son traitement. Si vous le lui faites comprendre, il sera plus susceptible d’accepter les propositions d’adaptation de son employeur, ce qui favorisera son retour au travail. La meilleure stratégie de retour au travail fait intervenir toutes les personnes qui aident le patient à se rétablir et qui collaborent dans cet objectif commun.