Language / La langue: 
Vous êtes ici:   Cancer et travail Professionnels de la Santé L’évaluation des aptitudes au travail Les évaluations de professionnels

Les évaluations de professionnels


Les évaluations médicales

Les évaluations médicales peuvent correspondre à un examen physique et un examen neurologique de base, à la demande et l’examen de tests diagnostics et à la rencontre avec le survivant du cancer. La plupart du temps, les employeurs et les assureurs demandent à ce qu’elles soient effectuées à diverses étapes de l’évolution du cancer dans le contexte professionnel.

L’évaluation de la première étape se présente généralement sous la forme d’un billet du médecin, joint à un formulaire ou à une évaluation formelle. Si le survivant doit cesser le travail ou a besoin d’adaptation pour continuer, elle sera le plus souvent remplie par le médecin de famille ou un oncologue.

La deuxième étape a lieu pendant le traitement, lorsque l’employeur ou l’assureur demande à être informé de l’évolution et des progrès du traitement. Les médecins de famille sont généralement en mesure de remplir les formulaires. Mais dans certains cas, si le rétablissement est plus long que le cancer ou le traitement le laissaient prévoir, l’opinion d’un spécialiste, comme un oncologue, pourrait être sollicitée. Pour les patients souffrant d’importants handicaps physiques, cognitifs ou mentaux, les médecins pourraient conseiller une évaluation et une thérapie de réadaptation et suggérer à l’assureur de la payer avant de fixer une date de retour au travail.

Dans certains cas, des effets secondaires du cancer ou du traitement, comme les réactions psychologiques, l’arthrite, la douleur chronique ou d’autres affections chroniques prolongent la durée de rétablissement. Il se peut alors que l’opinion d’un spécialiste concerné soit nécessaire pour maintenir les prestations d’assurance-invalidité ou orienter la démarche de réadaptation. De plus, en cas d’incertitude sur le maintien des prestations ou la date de retour au travail, l’assureur pourrait demander un avis médical indépendant (à ses frais). Les compagnies d’assurance ont généralement leurs propres médecins et se dotent de lignes directrices pour décider du statut des demandes.

La troisième étape de l’évaluation médicale consiste à établir l’aptitude à la reprise du travail. Elle peut mentionner les limitations nécessitant une adaptation dans le cadre d’un plan de retour au travail. Le médecin peut également formuler des recommandations concernant la réadaptation. Il pourrait aussi avoir à effectuer des évaluations pendant le retour progressif au travail afin d’orienter l’augmentation des heures de travail et les mesures d’adaptation nécessaires au maintien en poste de l’employé.

Remarque : De plus en plus, des assureurs étudient les dossiers médicaux ou les notes d’évolution pour déterminer l’admissibilité aux prestations ou leur maintien, même si ces documents ne visent pas à évaluer l’aptitude au travail.

Bien que, d’après les recherches, il soit très important que le médecin donne des instructions claires concernant le retour au travail du patient, l’évaluation au cabinet médical a ses limites. De même, les auto-évaluations du patient ne traduisent pas toujours les répercussions physiques, cognitives ou psychologiques du cancer et de son traitement, ni leur effet possible sur le fonctionnement au travail. L’orientation vers un spécialiste capable d’une évaluation plus détaillée est parfois nécessaire pour déterminer l’état de préparation du survivant, ses limitations et l’adaptation pouvant s’imposer. Le spécialiste devra savoir traduire les résultats de l’évaluation en répercussions sur l’emploi actuel ou futur du patient. En fonction des problèmes de ce dernier, le médecin devra envisager de l’orienter vers l’une des évaluations suivantes :

Évaluation de la réadaptation axée sur le travail

Remarque : Il se peut que les évaluations axées sur le travail et les services de réadaptation qui leur font suite ne soient pas pris en charge par le système de santé. Cependant, s’ils le sont par le régime d’assurance-invalidité privé du patient, le médecin peut recommander que l’assureur les finance.

L’établissement des limitations et des restrictions aux exigences de l’emploi

Après avoir évalué l’aptitude au travail de votre patient et avant d’établir ses limitations et ses restrictions pour le plan de retour au travail, il est utile de comprendre les exigences associées à son poste. Par la suite, lorsque vous aurez compris les exigences de l’emploi et fait le point sur les problèmes pouvant survenir lors du retour au travail, vous pourrez :

  • Établir les limitations et les restrictions propres aux tâches de l’emploi
  • Établir si ces limitations risquent de réduire le rendement de manière notable
  • Recommander les mesures d’adaptation nécessaires pour améliorer le fonctionnement de votre patient avant son retour au travail
  • Établir les limitations qu’il est impossible de réduire lors de la réadaptation et pour lesquelles il faut une adaptation

L’évaluation des capacités fonctionnelles ou physiques

Les professionnels de la santé ont recours à des évaluations des capacités fonctionnelles (ou physiques) pour mesurer l’aptitude physique au travail de manière systématique et objective. Ces évaluations sont souvent effectuées par un ergothérapeute, un physiothérapeute ou un kinésiologue. Les capacités fonctionnelles peuvent être évaluées dans un environnement professionnel simulé ou au lieu de travail du patient, à l’aide d’équipement spécialisé comme des poids et des tapis roulants.

Les évaluations des capacités fonctionnelles aident les professionnels1,  :

  • À concevoir et à modifier un programme de réadaptation
  • À mesurer les capacités fonctionnelles avant et après un traitement
  • À évaluer si les employés peuvent effectuer leurs tâches au travail, et si et quand ils peuvent réintégrer leur poste
  • À trouver des idées sur l’aménagement nécessaire (aides spécialisées et mesures d’adaptation) du lieu de travail de manière à ce que l’employé puisse travailler de manière sûre et productive

L’évaluation de la réadaptation professionnelle

Une évaluation effectuée par un conseiller en réadaptation professionnelle peut aider le survivant à décider s’il souhaite reprendre son ancien poste ou passer à un autre type de travail. Elle peut aussi l’aider à cerner les professions adaptées à ses nouvelles capacités. Elle comprend généralement :


L’évaluation neuropsychologique

L’évaluation neuropsychologique peut recenser tous les problèmes cognitifs susceptibles de compromettre la capacité du patient à faire son travail. Les neuropsychologues ont recours à une série d’examens pour mesurer les sensations du patient et la réalisation de tâches cognitives et de perception en même temps. Plus poussés que l’évaluation neurologique de base, ces examens peuvent mieux localiser les problèmes cognitifs subtiles. Par exemple, ils aideront à déterminer si des problèmes d’attention et de concentration réduisent la capacité à conduire. Ils peuvent aussi mesurer les effets d’un traitement contre la tumeur ou le cancer cérébral sur le cerveau. Le neuropsychologique peut s’en servir pour établir les forces et les faiblesses cognitives, pour recommander des mesures d’adaptation permettant à un employé ayant des problèmes cognitifs de travailler de manière sécuritaire et productive et pour orienter des survivants qui suivent une formation ou tentent d’apprendre un nouveau travail.

L’évaluation neuropsychologique peut être faisable à votre centre anticancéreux, au centre de réadaptation ou à l’hôpital général. Dans ces établissements, le coût est souvent pris en charge par l’assurance-maladie du gouvernement. Certains régimes de prestations aux employés (assurance invalidité à court ou long terme ou assurance santé complémentaire) paieront les évaluations neuropsychologiques effectuées hors des hôpitaux, ou dans le secteur privé. Les programmes d’emploi des gouvernement peuvent également proposer ces types d’évaluation2, 1.

L’évaluation ergonomique

Lors de l’évaluation ergonomique, un ergothérapeute ou un kinésioloque évalue l’interaction des employés avec leur milieu, notamment les postes de travail, les chaînes d’assemblage, les comptoirs ou les bureaux. À partir des résultats, ils recommandent des aides spécialisées ou des modifications du lieu de travail qui réduiront les risques de blessures et permettront à l’employé de travailler de manière plus sécuritaire et plus productive. L’évaluation ergonomique peut faire partie de l’évaluation des capacités fonctionnelles.

Elle comprend généralement :

  • Une entrevue avec l’employé
  • Un examen des antécédents médicaux (rapports médicaux et rapport de l’employé sur sa propre santé)
  • Une visite du lieu de travail pour observer l’employé lors de l’utilisation divers outils et équipements
  • Des recommandations en vue de l’adaptation du poste de travail