Language / La langue: 

La communication avec les fournisseurs de soins

De manière générale, il existe deux manières de communiquer avec les fournisseurs de soins, comme les médecins. La première consiste à demander aux employés de prier leur médecin d’écrire une note ou de remplir un formulaire portant sur une absence pour raisons médicales, une autorisation de retour au travail ou des directives concernant les restrictions, les limitations et les besoins d’adaptation. La deuxième, moins courante, consiste à s’adresser directement à eux avec le consentement de l’employé. À cette occasion, vous devez faire très attention de ne pas poser de questions interdites sur le plan légale.

Nombreuses sont les grandes entreprises qui chargent le personnel des ressources humaines, des gestionnaires des dossiers d’invalidité, des coordonnateurs du retour au travail ou des ergothérapeutes (employés ou consultants externes) de communiquer avec le médecin de l’employé concernant le diagnostic et les handicaps, car ils connaissent davantage les lois de protection de la vie privée. Certains spécialistes comme les gestionnaires de dossiers d’invalidité et les coordonnateurs du retour au travail peuvent être autorisés à demander des détails, qu’ils ne sont pas tenus de divulguer aux employeurs, aux superviseurs ni aux employés. Il arrive donc souvent qu’ils soient chargés de planifier l’adaptation avec l’employé, le superviseur et, dans certains cas, le syndicat.

Dans les petites entreprises qui n’ont pas recours à ce type de spécialistes, il est parfois plus difficile de protéger la vie privée de l’employé sur le lieu de travail. Pour établir les soutiens nécessaires au retour et, à terme, au maintien de l’employé à son poste, les dirigeants devront demander des renseignements à son médecin de l’employé tout en protégeant sa vie privée. Pour obtenir des conseils à ce sujet, consultez un spécialiste des droits de la personne comme un avocat ou le représentant d’une organisation de ce domaine. Pour en savoir davantage, lisez Les questions que les employeurs ont le droit de poser, par James D. Heeney et Allison Buchanan, Robinson Heeney LLP.

La méthode la plus sûre et la plus efficace consiste à demander des renseignements sur les restrictions et les capacités fonctionnelles. Vous pourrez ainsi estimer les modifications possibles pour que l’employé puisse revenir dans un milieu de travail sans risque. Chaque organisation étant différente, la plupart des médecins n’ont aucune idée des mesures d’adaptation réalisables. Le médecin et les autres fournisseurs de soins peuvent décrire les capacités fonctionnelles de l’employé sans révéler le diagnostic, en se concentrant sur ses capacités et ses restrictions. S’il existe une description ou une analyse de l’emploi, il est toujours bon de l’envoyer au médecin par l’intermédiaire de l’employé afin qu’il puisse la consulter lors de l’examen des capacités et des limitations. Elle s’avérera particulièrement utile si le poste est critique pour la sécurité et si l’exécution des tâches comporte un risque. Le fournisseur de soins sera davantage porté à partager cette inquiétude avec l’employeur afin qu’il puisse prendre des dispositions permettant le retour de l’employé et son maintien en poste.