Language / La langue: 
Vous êtes ici:   Cancer et travail Employeurs Le retour au travail et le maintien en poste 6. Surveiller l’avancement du retour au travail

6. Surveiller l’avancement du retour au travail

Étape 6 sur 6 de la préparation au retour au travail :

La réussite du retour au travail repose en grande partie sur le plan de surveillance. Ce plan consiste à anticiper les obstacles et à trouver des solutions pour les éliminer au fur et à mesure. Le retour du travail relève d’un processus dont la réussite à long terme pourrait dépendre des modifications apportées à ce plan. Une fois le retour effectif, la surveillance reste nécessaire pour régler tous les problèmes pouvant survenir une fois que l’employé s’est réapproprié toutes ses tâches. Une idée préconçue veut que la démarche est terminée une fois que l’employé s’est complètement rétabli et a réintégré son poste à plein temps.

Pourtant, certains survivants du cancer auront encore besoin d’ajustements temporaires ou permanents pour rester productifs. La surveillance continue est essentielle si le cancer peut encore évoluer et pour que l’employé puisse continuer à travailler aussi longtemps que possible avec les soutiens adaptés. Elle permet d’évaluer les points suivants :

  • Le survivant peut satisfaire aux exigences de l’emploi.
  • Les changements définis dans le plan de retour au travail respectent les limitations et les restrictions actuelles de l’employé.
  • Les mesures d’adaptation sont toujours nécessaires.
  • Des effets tardifs imprévus et secondaires du cancer ou du traitement entraînent de nouveaux problèmes.
  • Il faut modifier les mesures d’adaptation.
  • Il faut instaurer de nouvelles mesures d’adaptation.

La surveillance continue permet aux dirigeants et aux employés de régler rapidement les problèmes avant qu’ils dégénèrent et nuisent à la productivité, au budget et au moral de l’équipe.

La création du plan de surveillance

Le plan de surveillance peut contenir :

  • Le nombre de journées et d’heures quotidiennes de travail prévues pour l’employé
  • La méthode, le responsable et la fréquence de surveillance, de consignation et de transmission des progrès de l’employé
  • Le mode de modification du plan de retour au travail et d’adaptation
  • Les conditions régissant l’augmentation des heures de travail et des tâches
  • Le calendrier prévu pour l’augmentation des heures de travail et la reprise des tâches
  • Les rencontres régulières entre le superviseur et l’employé pour surveiller l’évolution du retour au travail

La planification de réunions de surveillance régulières

L’expérience démontre que l’instauration de rencontres hebdomadaires entre l’employé et le superviseur constitue un facteur important de la réussite du retour au travail une fois que l’employé a repris ses fonctions. Pendant ces réunions, il est utile d’examiner le rendement de la semaine précédente et de parler des réussites et des difficultés de la semaine en cours. Bien souvent, les survivants du cancer ont besoin de consulter régulièrement leur médecin sur les effets à court terme et les effets secondaires du cancer et du traitement. Il est important de les inciter à en parler dès que possible à leurs superviseurs afin que ces derniers puissent gérer la charge de travail pendant leur absence.

Les rencontres hebdomadaires permettront au superviseur et à l’employé de régler les questions et les problèmes sur-le-champ, qu’ils se soient déjà manifestés ou qu’il s’agisse des mesures d’adaptation susceptibles de permettre à l’employé de poursuivre le travail de la manière la plus sûre et la plus productive possible. Lors des rencontres hebdomadaires, l’employé peut parler du soutien reçu par les membres de l’équipe s’il pose problème.

Il s’agit d’un moment idéal pour examiner les étapes suivantes du plan de retour au travail et vérifier si l’employé progresse comme prévu. Si le superviseur estime que ce n’est pas le cas, il doit absolument informer tous les intervenants (soit l’employeur, le service des ressources humaines, le gestionnaire de cas de l’assurance, le coordonnateur du retour au travail, le gestionnaire en matière d’invalidité) que l’employé est confronté à des difficultés et encourager ce dernier à en parler à son équipe de soignants.

Il peut valoir la peine de poursuivre les réunions pendant le mois qui suit le retour de l’employé à plein temps, puis de les espacer selon les besoins. La surveillance de longue durée reste précieuse pour évaluer la réussite à terme du plan de retour au travail. Cette évaluation peut produire des renseignements utiles à la rédaction de politiques de retour au travail par l’employeur.

Autres ressources utiles

Pour d’autres idées sur les processus de retour au travail et pour télécharger des formulaires, consultez Retour à la liste des étapes de la préparation au retour au travail